Réflexion / Méditation

PDFImprimer

Homélie

Mise à jour le Lundi, 23 Février 2015 11:37 Écrit par Alain Denis

Dimanche 25 Janvier 2015 : 3ème dimanche du temps ordinaire

II y a un élément commun entre le passage de la première lettre de St Paul aux Corinthiens et la page de St Marc, c'est le temps qui passe.

St Paul d'abord: « Je dois vous le dire: le temps est limité. Ce monde tel que nous le voyons est en train de disparaître. » Et puis Jésus affirme: « Les temps sont accomplis: le règne de Dieu est là. »

II y a comme une urgence, une invitation à ne pas perdre de temps, à nous presser. Il nous faut faire vite si nous voulons accueillir le règne de Dieu tout proche.

Et comme pour donner du poids à cet appel pressant, St Marc nous montre les quatre premiers disciples qui n'hésitent pas une seconde répondre à Jésus: « Aussitôt Pierre et André, laissant là leurs filets, suivirent Jésus. » Et immédiatement après, Jacques et Jean « Laissant dans la barque leur père avec ses ouvriers, le suivent. »

Pourquoi une telle précipitation? Pourquoi quatre hommes, en quelques secondes, laissant tout tomber de leur vie professionnelle et de leur vie familiale, pour suivre Jésus?

Avec Jésus, c'est la qualité du temps qui change…Avec Jésus, c'est Dieu lui-même qui entre dans le temps…Avec Jésus, c'est l'Eternel Présent de Dieu qui vient faire sa demeure chez nous, qui vient remplir notre temps, notre vie.

Or, malgré la morosité du monde - et c'est peu dire » malgré les blessures de la vie, malgré les guerres et la mort qui font la une des médias, une Bonne Nouvelle nous est annoncée: « Le règne de Dieu est tout proche. »

Ce qui semble dire que la présence de Dieu n'est pas de l'histoire ancienne ni une projection dans un futur inaccessible.

Elle est à portée de main, à portée de vie. N'attendons pas de révélation nouvelle de quelque gourou...C'est aujourd'hui, maintenant, à chaque instant de notre temps que nous pouvons rencontrer le Dieu de Jésus.

Nous n'avons pas à chercher Dieu en arrière, dans le passé, ou en avant dans un futur hypothétique C'est aujourd'hui qu'il est là et qu'il nous dit: « Suivez-moi, et ferai de vous des pêcheurs d'hommes. »

A première vue, c'est là une formule choquante. Mais il s'agit avant tout de bien comprendre que pêcher des hommes, ce n'est pas pêcher des poissons. Quand on sort les poissons de l'eau, ils meurent...

Le langage de l'Evangile veut dire au contraire que sortir les hommes de l'eau, c'est leur éviter d'être engloutis par le mal dont la mer est le lieu symbolique. Etre pêcheurs d'hommes, c'est donc de sortir de l'emprise du mal, de l'injustice, de la haine.

A un tel objectif, qui peut dire: « ce n 'est pas pour moi? »   (

Quand je sors quelqu'un de la galère, quand je l'empêche de s'enfoncer dans le mal, quand j'aide des personnes à s'en sortir. Quand je prends ma place au sein d'organisation ou d'association, politique, syndicale, culturelle ou de quartier... pour dénoncer tout ce qui ne respecte pas la dignité des personnes et que j'agis avec elles pour s'en sortir ensemble... je suis pêcheur d'hommes. Quelle que soit la forme du péril « Je suis pêcheur d'hommes, »

Ainsi ce texte d'Evangile nous réveille et nous révèle.

Il nous concerne tous et nous redit le sens du temps, le sens de la vie, le sens de l'action. Jésus est venu pour nous délivrer du mal et nous associer à ce projet. C'est aujourd'hui qu'il est là et qu'il nous dit: « Viens avec moi; suis-moi! »

Jean Grevet 22 Janvier 2015

 

 Dimanche 22 Février 2015 : 1er Dimanche de Carême

 

Que de « oui » dans notre vie!

Certains « oui » engagent définitivement toute une vie. C'est le "oui" qu'un homme et une femme s'échangent au cours d'une cérémonie de mariage. C'est le "oui" que les moines et les religieuses, les prêtres prononcent dans le recueillement d'une église. C'est le "oui" que des jeunes expriment dans le choix de leur avenir...avec la chance de pouvoir le réaliser. C'est le "oui" qui conduit à adhérer à une association, un syndicat, un parti politique...

Bref, il y a une multitude de "oui" aux contenus variés qui orientent pour 5, 10, 20, 25 ans et même pour la vie entière.

Pour éviter de s'égarer ou de s'enliser, il faudra de temps en temps faire le point, vérifier si le sens dans lequel on va présentement est bien celui que l'on a choisi.

L'Evangile de ce jour nous rapporte un moment décisif de la vie de Jésus qui va orienter toute sa vie.

Jésus est au désert, dans une nature hostile et sauvage, mais grandiose. Là dans la solitude et la prière, il va prendre une décision capitale. Il va dire un "oui" définitif à Dieu son Père et à tous les hommes. C'est la suite qui nous le montrera...

Ce « oui » de Jésus, ce sera toute sa vie...

Sur les places publiques et dans les synagogues, il annoncera que Dieu invite tous les hommes à un monde nouveau, à des relations nouvelles. Sur la montagne, il s'écriera: "Heureux les pauvres, les artisans de paix, les cœurs droits et sincères...".

Face à ceux qui détenaient le pouvoir, il fera preuve d'une totale liberté. Aux scribes et aux pharisiens, il dira que l'amour vit au cœur de tout homme et ne se réduit pas à l'observance rigoriste de la loi. Les autorités du jour le jugeront bientôt dangereux, mais lui ne renoncera pas à sa mission. De temps à autre, il priait son Père pour se remettre devant l'essentiel, comme s'il devait refaire son choix ou confirmer sa décision.

Parce qu'il voulait une « Terre Nouvelle et des cieux nouveaux », il se mêlait à la foule des handicapés, des paralytiques, des exclus, des étrangers. Il chassait leur mal, il les entraînait à sa suite pour faire une société juste et fraternelle.

Sa Parole se traduisait sans cesse en actes: c'est ainsi qu'elle était Bonne Nouvelle.

Et pour nous aujourd'hui...

Le "oui" que nous avons prononcé un jour, comme tous les autres "oui" sont mis à rude épreuve par la vie quotidienne. L'esprit du mal, en effet, travaille le monde. Partout, il s'oppose à la paix, à la vérité, à la justice. Nous le constatons chaque jour.

Par exemple, n'y a -t-il pas aujourd'hui, un usage contre nature de l'argent?

Il y a des perversions de l'économique qui empêchent le monde de fonctionner harmonieusement.

De même, la liberté peut être pervertie par l'individualisme, la force peut se dégrader en violence et ainsi de suite...

"Jésus vivait au milieu des bêtes sauvages et les anges le servaient ".En une phrase, l'Evangile indique le vrai sens de l'existence tel qu'il se révèle en Jésus, Vainqueur du mal.

Le règne de Dieu vient quand l'homme est en harmonie avec la création et relié à Dieu..

Tous nos gestes d'attention, de sollicitude, d'affection, de respect nous mettent en relation avec le Christ caché dans ces rencontres avec les petits, les étrangers, les pauvres...

A l'exemple du Christ, le CCFD-Terre solidaire nous invite à aller à leur rencontre et à faire preuve d'une attention particulière à leur égard pour édifier une société plus fraternelle.

Chaque dimanche des cartes vous seront proposées pour vous permettre de choisir des signes de fraternité. Faisons partie de la foule de ceux qui ont faim et soif d'un autre monde, tous les assoiffés de justice, tous les artisans de Paix.

Dans cet esprit, nous retrouverons le sens de nos "OUI" qui sont réponses aux appels de Dieu de Jésus et aux appels de nos frères..

Jean Grevet 21 Février 2015